LE SCANDALE, CE N’EST PAS LA GARE DE MONTPELLIER…

LE SCANDALE, C’EST CE CONTOURNEMENT TRANSFORMÉ EN IMPASSE !

Suite aux propos de Guillaume PEPY qui, au micro de Jean-Jacques BOURDIN, ce matin sur RMC, a dégagé la responsabilité de la SNCF de la mise en place de la Gare de Montpellier, et du contournement Nîmes Montpellier, j’ai tenu à réagir via un communiqué que vous retrouverez ci-dessous :

« Je ne comprends pas les propos de Guillaume PEPY. Reconnaître implicitement les difficultés de mise en place de la gare de Montpellier la Mogère, pourquoi pas. A condition d’assumer, et de redresser la barre.

 Au lieu de cela, il n’a cherché qu’à défausser les responsabilités de la SNCF, pourtant à l’origine de ce projet soutenu par tous les gouvernements depuis 1994, sur celui de 2012 et les élus locaux.

 Les gares de Montpellier et de Nîmes, sont en effet, les conséquences directes de la volonté de la SNCF mise en œuvre dès 2003, de contourner Nîmes et Montpellier dans le cadre d’une ligne voyageurs à Grande Vitesse à vocation européenne.

 Cette vocation européenne semble désormais avoir disparu avec la remise en cause de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan. Toutes les difficultés qui seront rencontrées à l’avenir, le seront du fait de cette décision calamiteuse que défend aujourd’hui Guillaume PEPY.

 Car sans gare Nîmes Pont du Gard, on voit bien les difficultés à Montpellier la Mogère. Mais sans gare à Montpellier, ce contournement à grande vitesse pour lequel l’Etat, l’Europe et les collectivités ont engagé plus de 2 milliards d’€, devient strictement inutile. 

 Il est désormais tant pour la SNCF d’assumer ses responsabilités, et de terminer les 200km de voie qui manquent pour accomplir la ligne européenne qui reliera Séville à Londres et Bruxelles. Je n’évoquerai même pas la honte que cela représente vis-à-vis de nos partenaires européens, qui eux, ont réalisé leurs lignes à grande vitesse de bout en bout.

 Mais, nous, collectivités locales, Région, agglo de Montpellier et de Nîmes avons consenti à des efforts pour ce projet européen. Pour ne pas voir nos villes rayées de la carte ferroviaire, nous avons accepté de participer financièrement, et de manière accélérée, à la construction d’une gare sur ce contournement alors que nous étions parfaitement desservis en centre ville.

 Nous sommes prêts à poursuivre ces efforts, à vos côtés, pour parachever ce projet d’échelle européenne.  »